Commandez l'édition de printemps avec le document d'avertissement ici

Totalitarisme de l'information

DROIT DE L'AUTONOMIE GOUVERNEMENTALE?: Les entreprises derrière les plateformes, les smartphones et l'Internet des objets suivent en permanence tous nos mouvements. Avec une empreinte numérique, on peut déterminer l'accès d'une personne au crédit, au transport, aux services sociaux ou aux soins de santé. Nous perdons notre liberté individuelle et notre autonomie.

(Traduit automatiquement depuis Norsk par Gtranslate (Google étendu))

La révolution intérieure informatique a depuis les années 1980 changé notre façon de vivre. Le coût de la collecte, du stockage et du partage d'informations a été réduit. Et nous avons eu Internet. Et on nous a dit qu'en créant de nouvelles opportunités de participation sociale, politique et économique, nous devrions Révolution informatique Renforcer l'indépendance individuelle et l'inclusion sociale.

Mais 40 ans plus tard, il y a un petit groupe de sociétés puissantes qui peuvent célébrer, et pas la plupart des gens. L'État et une poignée d'entreprises technologiques ont accumulé de grandes quantités de données et en ont fait un instrument de surveillance og contrôle – uniquement à des fins politiques et économiques.

Il y a beaucoup de données brutes là-bas

La révolution informatique confirme le vieil adage selon lequel la révolution mange ses enfants. Mais la relative fragilité du contrôle de l'information signifie qu'il est encore possible de corriger les erreurs du passé et d'exploiter le potentiel positif de l'ère numérique. Pour ce faire, il faut dissiper une idée fausse sur la nature de l'information: ce n'est pas une ressource, mais un moyen de contrôle total, notamment entre les mains d'un pouvoir concentré.

Les données sont souvent comparées à l'or et au pétrole, comme si l'information n'était qu'une autre ressource qui pouvait être détenue par le privé et exploitée à des fins financières. Mais les données diffèrent des ressources ordinaires. Il y a beaucoup de données brutes, il n'y a pas de concurrence là-bas. C'est une ressource qui ne suit pas les règles de la rareté et n'a donc aucune valeur économique intrinsèque. De ce point de vue, il n'y a pas d'autre raison de collecter de grandes quantités de données que d'avoir le contrôle sur les mêmes individus qui les ont produites.

Nous sommes déjà à l'ère de la Big Tech et des états de surveillance.

- publicité -

Malheureusement, les "producteurs d'information" individuels ne peuvent pas empêcher les autres d'obtenir "leurs" données, du moins pas pour le moment. Sans les clés numériques qui peuvent empêcher les entreprises derrière les plates-formes, les smartphones et l'Internet des objets (IoT) de suivre en permanence tous nos mouvements, il est impossible d'empêcher les autres d'exploiter les informations que nous laissons derrière nous. On nous demande de faire confiance à des entreprises comme Apple. Mais en fin de compte, les utilisateurs ne peuvent rien faire si Apple choisit de ne pas tenir ses promesses – ils ne le sauront même pas.

Informations de localisation toutes les secondes

Le règlement de l'UE sur la confidentialité de 2018 a été salué comme un modèle de protection de la vie privée et est maintenant copié par d'autres juridictions, notamment la Californie et le Brésil. Le but principal de l'ordonnance sur la protection de la vie privée est d'exiger le consentement pour la collecte d'informations «personnelles», c'est-à-dire toutes les informations qui peuvent être utilisées pour identifier une personne. Néanmoins, la différence entre les informations personnelles soumises aux règles de confidentialité et les informations industrielles (issues de l'IoT) accessibles à tous n'est pas toujours claire.

Les téléphones portables envoient des informations de localisation «impersonnelles» toutes les secondes.

Ce qui semble être des informations impersonnelles peut souvent être combiné avec d'autres informations pour identifier un individu qui a laissé une empreinte numérique. Un cas de fouille du New York Times a récemment révélé que les téléphones portables envoient des informations de localisation «impersonnelles» chaque seconde. Ces signaux peuvent être utilisés pour suivre le chemin qu'un individu emprunte pour se rendre au travail et en revenir. Avec ces informations, les acteurs privés ou étatiques peuvent facilement connecter cette personne à une adresse et trouver son identité. Et avec la prolifération des logiciels de reconnaissance faciale, il n'y aura plus de prétexte pour distinguer un individu de son action.

Chine et Pays-Bas

Le nouveau système chinois de "crédit social" illustre le potentiel d'utilisation de l'information comme instrument de répression. Dans un monde où chaque action laisse une empreinte numérique qui peut être utilisée pour déterminer l'accès d'une personne au crédit, aux transports, aux services sociaux ou aux soins de santé, le concept même de liberté et d'autonomie individuelles disparaît, et avec lui la base d'un système de gouvernement démocratique.

Le désir du gouvernement chinois pour un contrôle total n'est pas unique. Même aux Pays-Bas, le tribunal a dû sévir contre le programme gouvernemental «d'indication du risque systémique» parce qu'il violait les droits humains fondamentaux – une décision qui serait bien sûr impensable en Chine et dans de nombreux autres pays. Après avoir collecté des données comportementales sur les pauvres et les autres bénéficiaires de l'aide sociale, le gouvernement néerlandais avait installé un algorithme pour identifier les personnes les plus susceptibles de commettre une fraude à la sécurité sociale à l'avenir.

Pour reconnaître cela information n'est pas une ressource, mais un instrument de contrôle, signifie que son administration, la préparation des droits de propriété des consommateurs ou l'utilisation des lois antitrust pour rétablir la concurrence doivent également aborder le vrai problème: comment empêcher un panneau d'information. Une solution temporaire peut être de fermer les entreprises existantes, mais ce n'est pas le but ultime. En général, il n'y a aucune raison pour quiconque de collecter et de stocker des informations sur les autres au-delà de ce qui est nécessaire pour maintenir la sûreté et la sécurité – ou pour s'assurer que les plates-formes développées pour les utilisateurs fonctionnent correctement.

On peut soutenir qu'il est trop tard pour changer ce qui a déjà été fait.

Propriété commune

La possibilité de collecter et de stocker des informations ne justifie pas le contrôle mentionné ci-dessus. Pour les États, la retenue devrait être leur position standard, conformément à la protection législative et internationale des droits humains fondamentaux. Beaucoup de grandes entreprises technologiques traitent les informations de la même manière que la loi romaine traitait les animaux sauvages: personne ne les possède (res nullius), donc n'importe qui peut les capturer et les revendiquer comme leur propriété personnelle. Mais le droit romain contenait également une autolimitation: il y a quelque chose appelé propriété commune (res communis) – ce que personne ne devrait pouvoir saisir.

On peut soutenir qu'il est trop tard pour changer ce qui a déjà été fait. Nous sommes déjà dans Super tech # et l'âge des états de surveillance. Mais la gestion de l'information dépend d'un flux continu de nouvelles informations. Alors que le passé ne peut pas être changé, l'avenir est sauvage.

Afin de protéger l'autonomie individuelle, la collecte de données et les technologies qui donnent un contrôle total aux producteurs d'informations doivent être interdites. Le but de la révolution numérique devrait être de protéger notre liberté et non de renforcer la surveillance.


Traduit par Emma Bakkevik.

Gimmick / Théorie du gadget (par Sianne Ngai)Sianne Ngai est l'une des théoriciens culturels marxistes les plus originaux de sa génération. Mais elle semble vouloir plonger l'esthétique dans la boue.
Rupture de la cohabitation / Les ruptures conjugales en Afrique subsaharienne musulmane (par Alhassane A. Najoum)Il est coûteux de se marier au Niger même si le prix de la mariée varie, et en cas de divorce, les femmes sont obligées de rembourser le prix de la mariée.
Ethique / Quels principes éthiques se cachent derrière les premières piqûres de vaccin?Derrière la stratégie de vaccination des autorités se cache un chaos éthique.
La chronique / La Norvège au sommet de l'Europe dans le nationalisme?Nous entendons constamment dire que la Norvège est le meilleur pays du monde, mais ce n'est pas nécessairement le cas de la grande majorité des Norvégiens et des personnes qui déménagent ici.
Philosophie / Désobéir! Une philosophie de la résistance (par Frédéric Gros) Pourquoi, où, quand et pendant combien de temps sommes-nous obéissants?
Mythologies / Le chasseur céleste (par Roberto Calasso)Dans les quatorze essais de Calasso, on se retrouve souvent entre mythe et science.
Chine / La conquête silencieuse. Comment la Chine mine les démocraties occidentales et réorganise le monde (par Clive Hamilton et Mareike Ohlberg)On sait que la Chine sous Xi Jinping s'est développée dans une direction autocratique. Les auteurs montrent comment l'effet s'est propagé dans le reste du monde.
Nawal el-saadawi / Nawal El-Saadawi – dans le mémorandumUne conversation sur la liberté, la liberté d'expression, la démocratie et les élites en Égypte.
Nécrologie / À la mémoire de Nawal El-SaadawiSans compromis, elle s'est prononcée contre le pouvoir. Maintenant, elle est partie, 89 ans. L'auteur, médecin et féministe Nawal El-Saadawi a écrit pour MODERN TIMES à partir de juin 2009.
Débat / Qu'est-ce que la sécurité aujourd'hui?Si nous voulons la paix, nous devons nous préparer à la paix, pas à la guerre. Dans les programmes préliminaires du parti, aucun parti du Storting n'est en faveur du désarmement.
Philosophie / Philosophie politique du bon sens. Bande 2,… (par Oskar Negt)Oskar Negt demande comment le citoyen politique moderne est né à la suite de la Révolution française. En ce qui concerne la terreur politique, il est clair – ce n’est pas politique.
Auto-assistance / Hivernage – Le pouvoir du repos et de la retraite dans les moments difficiles (par Katherine May)Avec Wintering, Katherine May a projeté un livre d'auto-assistance séduisant et essayiste sur l'art de l'hivernage.
- Publicité -

Tu pourrais aussi aimeren relation
conseillé