La mondialisation est-elle un mal qui devrait maintenant être combattu? Non, c'est plus nuancé. Nous qui avons une orientation internationale regardons avec crainte l’affaiblissement de la coopération internationale avec la pandémie.

Éditeur responsable de MODERN TIMES
Courriel : truls@nytid.no
Publié: 2020-06-01

Le leader de The Economist «Adieu la mondialisation»(16.5) vient de suggérer qu'un nationalisme plus autonome n'est ni financièrement meilleur ni plus sûr. Et comme le rappelle Agamben: Avec les fermetures nationales, le contenu et les relations de la vie sont aussi importants que la simple survie - ce que le philosophe italien appelle la vie biologique pure.

Tout d'abord, il faut dire que le plus important a été de sauver des vies - avec les mesures prises pour prévenir la propagation de l'infection. Mais les conséquences de la fermeture des nations sont en même temps énormes. L'isolationnisme n'est pas nouveau non plus, comme les États-Unis l'ont montré ces dernières années. Et avec la guerre commerciale piégée avec la Chine, la mondialisation est en train de baisser. Une "slowalisation" apparaît là où les échanges internationaux de matières premières chutent d'environ 30%. Lorsque l'on doit mentionner des chiffres, une baisse du produit intérieur brut de 10 à 15% dans plusieurs pays occidentaux est estimée cette année en raison de la crise corona. C'est autour de…


Cher lecteur. tu dois être abonné (SEK 69 / mois) pour lire plus d'articles aujourd'hui. Veuillez revenir demain ou vous connecter si vous avez un abonnement.


Fermer
Connectez-vous


Abonnement NOK 195 trimestre