Commandez l'édition de printemps avec le document d'avertissement ici

L'âge de l'investisseur et de l'investisseur

Le temps de l'investissement. Essai sur la nouvelle question sociale
Forfatter: Michel Feher
Forlag: La découverte (Frankrike)

Être ou ne pas être solvable – telle est la question à l'ère du capitalisme d'investissement.

(Traduit automatiquement depuis Norsk par Gtranslate (Google étendu))

La crise financière de 2008 a entraîné un changement sans précédent dans l'économie – du capitalisme industriel au capitalisme financier et de la modernisation contrôlée par l'État après la guerre à une économie néolibérale. Nous avons depuis reçu de nombreuses analyses de ce changement et des raisons qui le sous-tendent – à la fois les keynésiens qui se sont concentrés sur les marchés privés non réglementés et ceux qui ont analysé la baisse des taux de profit après 30 ans de surproduction dans les économies avancées.

Le dernier livre du philosophe belge Michel Feher Le temps de l'investissement – "Le temps investi" – est une contribution à la discussion de ce cours historique. Mais le livre est aussi une tentative de formuler un pendant politique et de concevoir de nouvelles stratégies par lesquelles une politique de gauche peut rejeter l'hégémonie du capital financier.

investissement capitalisme

Une partie du livre de Feher est une revue historique de la transformation économique en cours depuis le milieu des années 1970. L'auteur le décrit comme «une réalisation biaisée du néolibéralisme» – biaisée parce que l'économie créée par Reagan et Thatcher, entre autres, différait de la théorie néolibérale que Friedman et Hayek ont ​​développée après la Seconde Guerre mondiale. Ils envisageaient une communauté d'entrepreneurs, qui dirigeaient tous leur propre petite entreprise. Les premiers néolibéraux ont critiqué l'économie contrôlée par l'État, qui, selon eux, conduirait au socialisme.

Le néolibéralisme d'aujourd'hui est souvent critiqué précisément pour avoir créé une société où nous sommes tous commercialisés de petites entreprises en concurrence les uns avec les autres. Mais, écrit Feher, ce n'est pas vraiment ce qui s'est passé. Une telle analyse ne prend pas en compte l'émergence de investisseurs. Le nouveau régime d'accumulation est ikke une économie entrepreneuriale néolibérale comme le souhaitaient les idéologues néolibéraux des années 1940 le capitalisme d'investissement.

Solvabilité

- publicité -

Lorsque la gauche critique le néolibéralisme de l'homme, elle ignore ce que l'introduction du crédit a signifié pour l'économie des dernières décennies. Nous sommes ikke devenir de petits entrepreneurs essayant de faire un profit – nous sommes ce que Feher appelle «investi» essayant d'être solvables. C'est la condition que l'on soit un individu, une entreprise ou un État. Nous sommes tous soumis aux caprices du capital financier – nous sommes tous des projets qui tentent de nous faire pour les investisseurs. Aujourd'hui, ce sont eux qui contrôlent l'économie, ni les employeurs ni l'État.

Les États-nations ont même dû réduire les impôts sur les sociétés pour attirer les multinationales. Ils ont ainsi érodé leur propre assiette fiscale, et ont donc été contraints de s'endetter pour maintenir un certain niveau de bien-être.

Nous ne sommes pas de petits entrepreneurs qui tentent de réaliser des bénéfices – nous sommes «investis» en essayant d'être solvables.

La lutte politico-économique a donc changé de terrain. Le plus important est de rembourser vos emprunts pour en emprunter de nouveaux aux tout-puissants financiers. Cela ne signifie pas, souligne Feher, que les salariés ne sont pas encore exploités – ils le sont. Mais il est nécessaire d'étendre la critique marxiste de l'économie au-delà de la focalisation sur le travail, le capital et la plus-value. Dans le capitalisme industriel d'après-guerre, il s'agissait d'acheter des biens (et de la main-d'œuvre) aussi bon marché que possible, puis de les vendre aussi cher que possible. Ceci est maintenant remplacé par un capitalisme financier où le profit n'est pas créé par la vente, mais où les investisseurs essaient de trouver du crédit et les investisseurs essaient de trouver des investisseurs.

L'omnipotence de l'investisseur

Il s'agit d'une analyse Foucault mise à jour que Feher propose. Il s'appuie sur les analyses néolibérales du Français, mais aussi sur la notion de pouvoir et de résistance de Foucault: le capital financier est une nouvelle forme de gouvernement qui produit de nouvelles subjectivités – celles investies – soumises à l'évolution des appréciations des taux de crédit. Les investisseurs ont donc un pouvoir différent de celui de l'employeur. Ce dernier a acquis la valeur ajoutée produite par le travailleur – l'investisseur décide quoi produire.

Feher décrit l'émergence de nouvelles formes de résistance. Ceux-ci utilisent le capital financier contre le capital financier, par exemple en forçant les entreprises à abandonner des projets nuisibles de peur que les investisseurs ne retirent leur argent. «Spéculation militante», l'appelle Feher. Une autre approche consiste à collectiviser les nouvelles entreprises de plateformes numériques. Lorsque les employés contractuels demandent un emploi ordinaire, les entreprises font faillite – et les travailleurs peuvent les reprendre eux-mêmes. Feher comprend cela comme un développement ultérieur des expériences des années 1970 en matière d'autonomie gouvernementale.

Analyse inadéquate

L'analyse de Feher i Le temps de l'investissement n'a pas de perspective révolutionnaire: puisque le capitalisme financier semble inattaquable, la question est de savoir comment éviter ses pires côtés. La meilleure proposition de l'auteur pour une nouvelle politique de gauche devient assez bizarre pour revenir au mouvement ouvrier et à ses syndicats. Ceux-ci ont non seulement souligné l'inégalité de la relation salariale, mais se sont également battus spécifiquement pour plus de salaires. Comme nous le savons tous, l'attention s'est rapidement portée uniquement sur ces derniers, et uniquement sur les travailleurs locaux. Mais la gauche doit faire de même aujourd'hui, suggère Feher – c'est-à-dire utiliser le capital financier contre elle-même.

Cela peut empêcher les pires excès du capitalisme financier, mais dans une situation historique caractérisée par une dynamique contre-révolutionnaire féroce, l'exclusion de plus en plus du salariat mondial et une crise climatique lâche, il faut plus que la «spéculation militante» de Feher.

Mikkel Bolt
Professeur d'esthétique politique à l'Université de Copenhague.

Donnez une réponse

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Découvrez comment les données de vos commentaires sont traitées.

Rupture de la cohabitation / Les ruptures conjugales en Afrique subsaharienne musulmane (par Alhassane A. Najoum)Il est coûteux de se marier au Niger même si le prix de la mariée varie, et en cas de divorce, les femmes sont obligées de rembourser le prix de la mariée.
Ethique / Quels principes éthiques se cachent derrière les premières piqûres de vaccin?Derrière la stratégie de vaccination des autorités se cache un chaos éthique.
La chronique / La Norvège au sommet de l'Europe dans le nationalisme?Nous entendons constamment dire que la Norvège est le meilleur pays du monde, mais ce n'est pas nécessairement le cas de la grande majorité des Norvégiens et des personnes qui déménagent ici.
Philosophie / Désobéir! Une philosophie de la résistance (par Frédéric Gros) Pourquoi, où, quand et pendant combien de temps sommes-nous obéissants?
Mythologies / Le chasseur céleste (par Roberto Calasso)Dans les quatorze essais de Calasso, on se retrouve souvent entre mythe et science.
Chine / La conquête silencieuse. Comment la Chine mine les démocraties occidentales et réorganise le monde (par Clive Hamilton et Mareike Ohlberg)On sait que la Chine sous Xi Jinping s'est développée dans une direction autocratique. Les auteurs montrent comment l'effet s'est propagé dans le reste du monde.
Nawal el-saadawi / Nawal El-Saadawi – dans le mémorandumUne conversation sur la liberté, la liberté d'expression, la démocratie et les élites en Égypte.
Nécrologie / À la mémoire de Nawal El-SaadawiSans compromis, elle s'est prononcée contre le pouvoir. Maintenant, elle est partie, 89 ans. L'auteur, médecin et féministe Nawal El-Saadawi a écrit pour MODERN TIMES à partir de juin 2009.
Débat / Qu'est-ce que la sécurité aujourd'hui?Si nous voulons la paix, nous devons nous préparer à la paix, pas à la guerre. Dans les programmes préliminaires du parti, aucun parti du Storting n'est en faveur du désarmement.
Philosophie / Philosophie politique du bon sens. Bande 2,… (par Oskar Negt)Oskar Negt demande comment le citoyen politique moderne est né à la suite de la Révolution française. En ce qui concerne la terreur politique, il est clair – ce n’est pas politique.
Auto-assistance / Hivernage – Le pouvoir du repos et de la retraite dans les moments difficiles (par Katherine May)Avec Wintering, Katherine May a projeté un livre d'auto-assistance séduisant et essayiste sur l'art de l'hivernage.
La chronique / Ne tenez pas compte des dommages que les éoliennes peuvent causer?Le développeur éolien de Haramsøya a-t-il été gravement négligé? C'est l'avis du groupe de ressources qui dit non au développement local des éoliennes. Le développement peut interférer avec les signaux radar utilisés dans le trafic aérien.
- Publicité -

Tu pourrais aussi aimeren relation
conseillé