Directeurs de Faire-Part Anne Reijniers, Rob Jacobs, Nizar Saleh et Paul Shemisi
Directeurs de Faire-Part Anne Reijniers, Rob Jacobs, Nizar Saleh et Paul Shemisi

Le "théâtre perpétuel" de Kinshasa


CONGO: Quatre cinéastes trouvent de nouvelles façons de raconter l'histoire de Kinshasa. Ils se tournent vers les artistes de la performance de la ville, qui se retournent après l'ère coloniale.

Gray est un critique de cinéma régulier dans MODERN TIMES.
Email: carmengray@gmail.com
Publié: 2020-01-04

Faire-part est un film sur la capitale du Congo, Kinshasa, et sur les artistes de la performance de la ville, qui utilisent la capitale comme un espace d'opportunité pour confronter et réécrire sa / ses histoire (s). Ils prennent les choses en main et refusent de laisser l'héritage de l'époque coloniale et du colonialisme déformer la vérité ou obtenir le dernier mot lorsqu'il s'agit de définir l'identité des citoyens.

Les interventions captivantes et multiformes des artistes sont documentées par quatre cinéastes: deux Congolais (Paul Shemisi et Nizar Saleh) et deux Belges (Anne Reijniers et Rob Jacobs). Ensemble, ils travaillent pour trouver une nouvelle façon de présenter Kinshasa. Ils ont «un passé commun», dit-on, «et donc aussi un présent commun». Leurs différentes perspectives sur le Congo en tant qu'ancienne colonie belge fournissent une nouvelle base pour l'interprétation de l'histoire. Ils explorent des méthodes innovantes de mise en scène de Kinshasa, auparavant réduite à une "ville affamée, sale et pleurant" dans d'innombrables représentations stéréotypées. Le format est vaguement épisodique et se caractérise par une attitude de bricolage, d'essais et d'erreurs. Cela correspond bien à un film qui embrasse le jeu et l'expérimentation comme un moyen de reconstruire des récits, mais aussi avec la notion que l'histoire collective d'une ville est un processus actif et dynamique.

Directeurs de Faire-Part Anne Reijniers, Rob Jacobs, Nizar Saleh et Paul Shemisi
Directeurs de Faire-Part Anne Reijniers, Rob Jacobs, Nizar Saleh et Paul Shemisi

Le théâtre de rue comme intervention

"L'homme en boîte est ici!" Un homme crie dans la rue alors qu'une créature sensationnelle, complètement recouverte de boîtes de soda, secoue son corps en battant du tambour. Un costume de préservatifs qu'un artiste de performance porte dans l'un des quartiers de prostitution de la ville, et un costume de pièces de téléphone portable sont d'autres exemples impressionnants de tenues politiques faites en public. Ensemble, les artistes se concentrent sur les défis liés à la santé, la consommation et l'utilisation des ressources. Les drapeaux des pays qui drainent l'Afrique pour les ressources minérales, y compris le Royaume-Uni et l'UE, sont lavés dans une grande baignoire par un artiste de haut niveau avant d'agiter les drapeaux devant la foule qui s'est rassemblée. La performance est une sorte de nettoyage symbolique de la corruption que les pays représentent. Les artistes se battent aussi pour…


Cher lecteur. Vous avez déjà lu les 4 articles gratuits du mois. Que diriez-vous de soutenir MODERN TIMES en dessinant une course en ligne abonnement pour un accès gratuit à tous les articles?

Abonnement semestriel 450 NOK

Laisser un commentaire

(Nous utilisons Akismet pour réduire le spam.)