Un marché du travail mondial en mouvement


arbejder:Il y a un demi-siècle, les premiers travailleurs philippins ont voyagé à travers le monde pour travailler dans des usines et des hôtels au Danemark et en Norvège, entre autres. Leur parcours donne un aperçu d'un marché du travail mondial en mouvement.

(Cette traduction est effectuée par Google Gtranslate)

"Nous étions les plus fières des fières", explique Teresa Diaz à propos du moment où elle - qui est venue travailler au Danemark en 1967 - a joué un rôle déterminant dans la création de l'Association philippine du Danemark (FAD, 1970). À l'époque, des décennies avant que la question de la fille au pair n'amène les Philippines à l'ordre du jour des pays nordiques, il n'y avait que quelques centaines de Philippins au Danemark. Beaucoup étaient des enseignants formés, des comptables, des artisans et des infirmières, mais ils étaient principalement recrutés pour un travail non qualifié. Comme la plupart des autres "travailleurs invités".

Cependant, les travailleurs philippins différaient de l'image typique du travailleur invité. Bien que des Philippins comme les Turcs et les Yougoslaves, par exemple, aient également trouvé du travail dans l'industrie manufacturière, ils étaient principalement employés dans l'industrie des services. Ils ont notamment été embauchés pour équiper les hôtels métropolitains modernes ouverts dans les années 1960 et 1970.. Et bien qu'il y ait également des hommes philippins qui trouvent du travail dans les hôtels et les usines danoises, la migration a été dominée par les femmes dès le départ.

Les femmes recherchent un travail mieux rémunéré que l'offre limitée dans leur pays d'origine. Femmes qui, dans certains cas, avaient été recrutées avec des fonctionnaires philippins comme intermédiaires. Femmes qui ont facilité la migration d'autres amis, vieux voisins, camarades d'étude et parents.

Il…




Cher lecteur. Vous avez lu plus de 15 articles gratuits, nous pouvons donc vous demander de vous inscrire abonnement? Ensuite, vous pouvez tout lire (y compris les magazines) pour NOK 69.
- Publicité -
- Publicité -
Nina Trige Andersen
Trige Andersen est journaliste et historienne indépendante.

Tu pourrais aussi aimerEN RELATION
conseillé

EnglishJapaneseNorwegianSpanish