Comment vivre dans un monde où le déroulement même de la vie conduit à la violence?


FICTION: Dans le roman discret de Kiøsterud, la vie est mise en balance avec la douleur dans une quête de réconciliation. La nature reste silencieuse et ambiguë, même lorsque le protagoniste tente de s'écarter de ses exigences de sens.

Philosophe. Critique littéraire permanente à l'époque moderne. Traducteur.
Courriel : andersdunker.contact@gmail.com
Publié: 6 septembre 2020
Les premiers mots
Auteur: Erland Kiøsterud
Editeur: Octobre,, Norvège

Nietzsche a écrit son livre Voilà comment Zarathoustra a parlé, «Un livre pour tous et pour personne», sur un ermite vivant dans le désert pour réfléchir à la question du bien et du mal. Le livre faisait partie de la confrontation de Nietzsche avec la fatigue, le vide et l'insignifiance qu'il voyait saisir en Occident, et qu'il appelait européen nihilisme. Il y voyait une contrepartie au pessimisme bouddhiste, ou nihilisme oriental, qu'il a trouvé à Schopenhauer, où la volonté même de vivre est vue comme une obsession douloureuse dont on se libère. Le dernier roman d'Erland Kiøsterud invite à être lu dans un paysage nietzschéen, où une sorte…

Cher lecteur. tu dois être abonné (69kr / mois) pour lire plus d'articles aujourd'hui. Revenez demain ou connectez-vous ci-dessous si vous avez un abonnement.

s'identifier