Le ministre des Affaires étrangères Jonas Gahr Støre en chaire dans la salle du Parlement lors de la présentation sur les questions importantes de l'UE et de l'EEE au Storting en 2011. Photo: Vegard Grøtt / Scanpix

Sortie britannique: une solution pour la Norvège?


Cette semaine, le Premier ministre britannique a entamé sa tournée dans les capitales européennes pour renégocier l'adhésion du pays à l'UE. Que veulent les Britanniques et quelles conséquences cela peut-il avoir pour la Norvège?

Courriel : redaksjon@nytid.no
Publié: 2015-06-03

Le 24 janvier 2013, le Premier ministre britannique David Cameron a annoncé que s'il remportait les élections en mai 2015, il renégocierait l'adhésion de la Grande-Bretagne à l'UE, puis organiserait un référendum. La question qu'il veut poser est un "in or out". Le Parti conservateur de Cameron subit d'intenses pressions de la part du parti anti-immigration et anti-immigration UKIP (Parti de l'indépendance du Royaume-Uni), qui vole de plus en plus les votes du parti conservateur britannique. L'UKIP a reçu 27,5% de soutien lors des élections au Parlement européen en mai 2014. Et lors des dernières élections du 7 mai, le parti a reçu 12,9% de soutien.

Trop loin. Cameron a maintenant pris l'initiative de renégocier l'adhésion du Royaume-Uni à l'UE dans des domaines tels que la politique sociale, l'emploi et l'environnement. Ici, il pense que la coopération de l'UE est allée trop loin. Premièrement, le Premier ministre est sceptique que les travailleurs d'Europe centrale et orientale volent des emplois aux Britanniques parce qu'ils acceptent des emplois inacceptables…


Cher lecteur. tu dois être abonné (SEK 69 / mois) pour lire plus d'articles aujourd'hui. Veuillez revenir demain ou vous connecter si vous avez un abonnement.


Fermer
Connectez-vous


Abonnement NOK 195 trimestre