Commandez l'édition de printemps avec le document d'avertissement ici

30 ans avec Film fra Sør

FESTIVAL NUMÉRIQUE: "C'est une année spéciale", déclarent Lasse Skagen et Åse Meyer de Film fra Sør. Avec la fermeture des cinémas d'Oslo, l'édition anniversaire du festival de cette année sera organisée numériquement.

(Traduit automatiquement depuis Norsk par Gtranslate (Google étendu))

«L'année dernière, nous avons eu une année fantastique avec 28 000 visiteurs, ce qui était de loin le plus élevé jamais enregistré pour le festival», déclare Lasse Skagen, directeur artistique du film du Festival Sud et du bureau du festival.

L'édition de l'année dernière du festival, qui présente des films d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine, s'est ouverte avec la Corée du Sud parasite par Bong Joon-ho (lire la critique ici). Quelques mois plus tard, le film est entré dans l'histoire en devenant le premier oscarisé non anglophone dans la catégorie du meilleur film. Cette année, Film fra Sør fête ses 30 ans avec, entre autres, une rétrospective consacrée au cinéaste sud-coréen.

Cependant, tout sera différent lorsque le festival aura lieu du 26 novembre au 6 décembre. À l'origine, ce devait être une combinaison de festival physique et en ligne, avec l'accent principal sur les projections dans les cinémas. En raison des récentes mesures de contrôle des infections introduites à Oslo, l'édition anniversaire de cette année sera plutôt entièrement numérique. Avec cela, la sélection sera également un peu plus petite que les plus de 90 films qui étaient au programme.

«Déjà en juin, un plan a été élaboré pour construire notre propre« service d'électricité ». Cela devait être un complément aux projections de cinéma, et une sauvegarde si les cinémas devaient fermer. Nous en sommes heureux maintenant. Même si un festival numérique ne peut pas être le même, on nous montrera au moins une large sélection de films qui ont été programmés, un total de près de 70. Ce sera une grande expérience », déclare Åse Meyer. Elle est la directrice générale par intérim de la fondation Festivalkontoret, qui est une communauté de festivals de cinéma à Oslo composée de Film fra Sør, Arabiske Filmdager et Oslo Pix.

"Les films mexicains sont très bons individuellement, et ensemble, ils forment une image du Mexique d'aujourd'hui et des défis qui s'y trouvent." Lasse Skagen

Le Mexique au centre

- publicité -

«C'est une année spéciale à tous égards. Vous voyez également dans le répertoire général du cinéma que de très nombreux films sont reportés. Nous recevons généralement beaucoup de films du festival de Cannes, qui cette année n'était qu'une pâle version en ligne de lui-même. Il a été particulièrement difficile de trouver des films de réalisateurs établis pour la compétition principale. Mais nous avons un programme très solide dans la section New Voices et un programme documentaire tout aussi solide. Dans l'ensemble, nous avons un bon mélange de films nouveaux et anciens, y compris un certain nombre de films d'anniversaire », déclare Skagen.

Le film d'ouverture de cette année sera Michel Francos New Order, un film percutant sur les violentes émeutes au Mexique sorti quelques années à l'avance. Cette année, le festival accorde une attention particulière au Mexique, avec les deux précédents films du réalisateur Franco et d'autres nouveaux films du pays.

«Les films mexicains sont très bons individuellement, et ensemble, ils forment une image du Mexique d'aujourd'hui et des défis qui y règnent», déclare Skagen.

New Order
New Order est le film d'ouverture.

A commencé à Blindern

Quand Film fra Sør a été arrangé pour la première fois en 1991, le festival a eu lieu à l'Université d'Oslo, dans la même salle que Blindern Filmklubb avait ses projections.

«Au début, le festival était un peu lié à Blindern Filmklubb, créé quelques années plus tôt. Certains des membres actifs du ciné-club étaient des membres du département des médias et de la communication de l'université, dont Dag Asbjørnsen », explique Skagen.

«Dans ce sujet, ils ont beaucoup appris sur la production cinématographique d'autres continents que les États-Unis et l'Europe, mais il était difficile de voir des films de ces pays. Puis Dag Asbjørnsen a eu l'idée de faire un festival de cinéma », ajoute Meyer, qui, comme Skagen et Asbjørnsen, était impliqué dans le festival dans les premières années.

«La première année, il y avait probablement une centaine de spectateurs aux films au total. L'année suivante, le festival a reçu un financement de l'université dans le cadre du 500e anniversaire de la découverte de l'Amérique par Colomb. Puis c'est devenu une édition un peu plus grande, marquée par cet anniversaire. Mais on peut dire que le vrai début du festival a eu lieu en 1993, lorsque le directeur de cinéma d'Oslo, Ingeborg Moræus Hanssen, a accepté de conclure une collaboration. Ainsi, le festival est venu au centre, dans le sous-sol du cinéma Klingenberg. C'était aussi la première année où Film fra Sør recevait le soutien du Norad, où il y avait quelques passionnés pour le festival. C'était important », dit Skagen.

Gagnants du public argentin

Depuis le début, Film fra Sør a montré beaucoup de films d'Amérique latine, qui comptent de nombreux pays avec une longue tradition cinématographique – ainsi que des films de Chine et d'Iran, qui sont également des nations cinématographiques fortes. Par exemple, plusieurs passionnés de cinéma ici chez eux ont découvert le cinéaste iranien Abbas Kiarostami à travers le festival.

«Les Latino-Américains avaient des réseaux solides et nous avons reçu un bon soutien de plusieurs ambassades de pays. Enfin, de nombreux Argentins sont venus voir des films au festival, et pendant un certain nombre d'années, c'est presque toujours un film argentin qui a remporté le prix du public. D'Asie, les Iraniens en particulier étaient intéressés à regarder des films. Les années précédentes, nous n'avons pas vu beaucoup de spectateurs issus du continent africain, alors ce sont dans une plus large mesure les Norvégiens qui se sont intéressés aux pays africains », explique Skagen.

«Nous n'avons jamais programmé commercialement en pensant à la population qui voudrait voir les films. Le public était un mélange de personnes issues des pays, de personnes qui, pour d'autres raisons, s'intéressent aux pays et de personnes intéressées par des films de qualité », ajoute Meyer.

"Nous sommes un festival de niche et ne devrions pas être autre chose." Lasse Skagen

Sørfond

Peu à peu, d'autres financiers sont arrivés et le festival est depuis longtemps le plus grand festival de cinéma d'Oslo. Un ajout important en cours de route a été la création de Sørfond en 2012, qui alloue des fonds de production à des films des «pays du sud» avec un coproducteur norvégien.

«Grâce à Sørfond, les producteurs norvégiens se sont impliqués dans des films qui ont été projetés dans les plus grands festivals internationaux. Il a probablement contribué à ce que l'industrie cinématographique norvégienne ouvre les yeux sur des films d'autres régions du monde », déclare Åse Meyer.

Cependant, l'objectif de Film fra Sør n'est pas à tout prix de devenir encore plus grand.

«Nous allons travailler qualitativement pour plaire au public fidèle, mais aussi essayer de trouver des groupes qui ne nous connaissent pas assez bien. Mais nous sommes un festival de niche et ne devrions pas être autre chose », conclut Lasse Skagen.

La 30e édition de Film à partir de organisé numériquement du 26 novembre au 6 décembre. Une sélection de films sera également disponible jusqu'au 15 décembre.

Lisez nos critiques de films projetés pendant le festival sur cette page!

Aleksander Huser
Huser est un critique de cinéma régulier à Ny Tid.
Journalisme / "Journalisme puant" contre les lanceurs d'alerteLe professeur Gisle Selnes écrit que l'article de Harald Stanghelle dans Aftenposten du 23 février 2020 "ressemble à une déclaration de soutien, [mais] sert de cadre autour de l'attaque aggravée contre Assange". Il a raison. Mais Aftenposten a-t-il toujours eu cette relation avec les lanceurs d'alerte, comme dans le cas d'Edward Snowden?
À propos d'Assange, torture et punitionNils Melzer, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, dit ce qui suit à propos d'Assange:
Avec la colonne vertébrale et la boussole éthique intactesAVIS Nous avons besoin d'une culture médiatique et d'une société fondée sur la responsabilité et la vérité. Nous n'avons pas cela aujourd'hui.
Gimmick / Théorie du gadget (par Sianne Ngai)Sianne Ngai est l'une des théoriciens culturels marxistes les plus originaux de sa génération. Mais elle semble vouloir plonger l'esthétique dans la boue.
Rupture de la cohabitation / Les ruptures conjugales en Afrique subsaharienne musulmane (par Alhassane A. Najoum)Il est coûteux de se marier au Niger même si le prix de la mariée varie, et en cas de divorce, les femmes sont obligées de rembourser le prix de la mariée.
Ethique / Quels principes éthiques se cachent derrière les premières piqûres de vaccin?Derrière la stratégie de vaccination des autorités se cache un chaos éthique.
La chronique / La Norvège au sommet de l'Europe dans le nationalisme?Nous entendons constamment dire que la Norvège est le meilleur pays du monde, mais ce n'est pas nécessairement le cas de la grande majorité des Norvégiens et des personnes qui déménagent ici.
Philosophie / Désobéir! Une philosophie de la résistance (par Frédéric Gros) Pourquoi, où, quand et pendant combien de temps sommes-nous obéissants?
Mythologies / Le chasseur céleste (par Roberto Calasso)Dans les quatorze essais de Calasso, on se retrouve souvent entre mythe et science.
Chine / La conquête silencieuse. Comment la Chine mine les démocraties occidentales et réorganise le monde (par Clive Hamilton et Mareike Ohlberg)On sait que la Chine sous Xi Jinping s'est développée dans une direction autocratique. Les auteurs montrent comment l'effet s'est propagé dans le reste du monde.
Nawal el-saadawi / Nawal El-Saadawi – dans le mémorandumUne conversation sur la liberté, la liberté d'expression, la démocratie et les élites en Égypte.
Nécrologie / À la mémoire de Nawal El-SaadawiSans compromis, elle s'est prononcée contre le pouvoir. Maintenant, elle est partie, 89 ans. L'auteur, médecin et féministe Nawal El-Saadawi a écrit pour MODERN TIMES à partir de juin 2009.
- Publicité -

Tu pourrais aussi aimeren relation
conseillé